Emploi

< Appel à candidatures : recrutement d’un(e) attaché(e) de presse JPEG Le Consulat général de France à Québec recrute un(e) attaché(e) de presse. Il ou elle sera responsable, entre autres, du développement des relations avec les médias, des opérations de communication du poste, ainsi que de la gestion et de l’animation du site et des réseaux sociaux. La date limite de réception des candidature est fixée au 21 juillet. - Fiche de poste et candidatures Le mercredi 15 décembre, Jean BASSERES, Directeur général de Pôle emploi et Pascal BONNETAIN, Secrétaire général de l’OFQJ ont signé une entente qui élargit le périmètre d’action à l’ensemble du Canada, et plus largement à la francophonie. Ce partenariat illustre la préoccupation commune des deux organismes de favoriser l’accès et le retour à l’emploi des jeunes de 18 à 35 ans, notamment ceux rencontrant plus de difficultés. Une expérience internationale, au Québec et plus généralement au Canada, constitue en effet un atout majeur pour l’insertion professionnelle. L’élargissement de la convention permet aux conseillers Pôle emploi de proposer, outre les 200 offres stages au Québec développés par l’OFQJ sur son site (avec possibilité de maintenir les allocations retour emploi formation pendant 3 à 6 mois), de bénéficier des bourses de l’OFQJ ou de certaines collectivités. Elle ouvre également l’ensemble des dispositifs de mobilité de l’OFQJ accessibles aux demandeurs d’emploi : - Les missions de Service civique au Québec ou dans l’espace francophone jusqu’à 12 mois (pour les 18-25 ans). - Les emplois temporaires au Québec jusqu’à 24 mois (Permis vacances travail, Jeune professionnel ou Mobilité des jeunes travailleurs) - La formation professionnelle ou technique dans 21 programmes de formation au Québec - La promotion de l’entrepreneuriat comme voie d’insertion professionnelle pour les jeunes porteurs de projets de création d’entreprise. Le Canada représente de réelles opportunités d’insertion professionnelle notamment en raison du bilinguisme et de la francophonie, qui facilitent la mobilité professionnelle et l’intégration dans un environnement de travail étranger, et qui présente un réel dynamisme du marché de l’emploi. Les compétences professionnelles et personnelles sont par ailleurs davantage valorisées au Canada que les seuls diplômes, ce qui constitue également un axe de travail fort en France, dans le cadre de l’approche par les compétences de plus en plus pratiquée. Le Centre de ressources de l’OFQJ est à la disposition de tous les demandeurs d’emploi en recherche d’un stage ou souhaitant un accompagnement pour la formalisation de tout autre projet professionnel facilitant son insertion professionnelle. Un accompagnement personnalisé, aide à la rédaction du cv canadien, soutien financier, administratif et logistique, tutoriels vidéo pour l’obtention du permis de travail, séances d’information sont également accessibles gratuitement à tous. Savez-vous que vous pouvez, dans certaines conditions, bénéficier d'une formation professionnelle qualifiante en France alors que votre résidence habituelle est à l'étranger? En effet, il existe depuis 2015, un partenariat entre le Ministère des Affaires étrangères, Pôle Emploi et l'association des régions de France pour organiser le parcours de formation professionnelle des Français établis hors de France. Retrouvez toutes les infos utiles ici -> https://tinyurl.com/FormationProfessionnelle

jamZbsF7dPYD_OF_RrZDT6rbZv6o6Xa5vOkVmFJoRd9lSr2Gl-ZgmOO4Yrq9mxkeommKBOrcpbmR-T5MNj6Kl7M4bKrYL_HRY8fUs44buavlwMsrE92VIwwZGFeg9LCjYIkkHFgs-&s=1″ target= »_blank » rel= »nofollow noopener »>Dispositif de formation professionnelle pour les Français à l’étranger

Depuis le 1er janvier 2015, la formation professionnelle relève de la compétence des régions de France. Afin de permettre aux

Ce parcours vous amènera à vous questionner sur vos motivations et intérêts, vos façons de faire et vos valeurs et ainsi identifier la forme juridique qui pourrait le mieux vous convenir. Explorez les principales formes juridiques liées au démarrage d’un projet d’affaires.

  • Coopérativede consommateursde solidaritéde travail
  • Entreprise incorporée
  • Entreprise individuelle(ou travail autonome)
  • Organisme sans but lucratif
  • Société de personnes en nom collectif

L’Entente franco-Québécoise sur la reconnaissance des qualifications professionnelles

Introduction

Depuis, la signature en 2008, entre les gouvernements français et québécois, de l’Entente en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles, 70 arrangements de reconnaissance mutuelle (ARM) sont entrés en vigueur.

Ces ARM concernent en France 36 métiers de l’artisanat et 28 professions (dont certaines sont réglementées au Québec et non en France : ingénieurs, urbanistes, techniciens supérieurs) ou fonctions réglementées (services financiers et assurances).
Cet accord bilatéral est unique par sa teneur et son ampleur et n’a guère d’équivalent au niveau international (hors Union européenne). Il a été rendu possible par la relation privilégiée qu’entretiennent le Québec et la France.

Objectifs et principes directeurs

Dans l’esprit de ses promoteurs, cet accord doit permettre d’encourager la mobilité professionnelle entre la France et le Québec à travers une simplification des procédures requises pour exercer un emploi, en France et au Québec, dans les professions réglementées par la loi dont le respect est confié à des ordres professionnels ou d’autres organismes.

De fait, cette entente ne s’applique qu’aux professions et métiers réglementés en France et au Québec. Elle concerne les personnes ayant obtenu leur titre de formation et leur aptitude légale d’exercer en France ou au Québec. Elle fonctionne selon le principe de réciprocité. Basée sur la reconnaissance des qualifications et non sur l’équivalence des diplômes, elle s’inspire en cela de la directive européenne et des lois québécoises relatives aux professions et aux métiers.

Son but n’est pas de donner un accès automatique au marché du travail mais de lever un des principaux verrous entravant l’accès à celui-ci.

Métiers et professions relevant de l’entente

Pour savoir quelles sont tous les métiers et professions, rendez-vous sur le site du Ministère des relations internationales du Québec : Entente France Québec.

Selon le dernier décompte (qui n’est pas exhaustif car il n’existe pas de procédure automatique d’enregistrement des professionnels concernés), 1961 personnes ont bénéficié des ARM pour faire reconnaître leurs compétences.

1729 bénéficiaires français sont concernés, dont 799 infirmières et infirmiers (45% du total), 180 ingénieurs, 122 médecins et 100 opticiens. De leur côté, 232 Québécois ont obtenu une autorisation d’exercer en France dont 96 avocats, 44 médecins et 22 infirmières.

L’augmentation du nombre de bénéficiaires français et québécois (+121% en deux ans) témoigne de l’impact positif de l’Entente qui est maintenant entrée dans une phase pleinement opérationnelle.

Comment aider à la mise en œuvre de l’entente ?

En raison de sa portée ainsi que des approches réglementaires différentes entre le Québec et la France ou du nombre de branches professionnelles et d’acteurs concernés (ministères, organismes publics, ordres professionnels, conseils nationaux, chambres des métiers, etc), la mise en œuvre de cet accord est complexe.
Ainsi, certaines difficultés ont pu apparaître dans l’application d’ARM existants, liés aux procédures (constitution du dossier), à l’accès aux stages de validation pour certaines professions, au déclassement par rapport à la formation initiale, continue et aux acquis de l’expérience.

Dans un but de favoriser le meilleur accès à l’emploi possible et une bonne intégration des professionnels compétents formés hors de son territoire et pour les professionnels formées hors du Québec qui font face à des difficultés dans leurs démarches pour faire reconnaître leurs compétences professionnelles, le Québec a nommé une personne responsable du dossier. Le Commissaire aux plaintes en matière de reconnaissance des compétences professionnelles est chargé de recevoir et d’examiner les plaintes provenant de toute personne qui se sent lésée par un ordre professionnel dans le traitement d’une demande de reconnaissance de ses compétences.

Pour plus d’information et pour saisir le Commissaire, la procédure est disponible sur le site de l’Office des professions du Québec : https://www.opq.gouv.qc.ca/commissaire/

Le Consulat général de France à Québec s’implique également dans le suivi des accords de reconnaissance mutuelle. Toute difficulté rencontrée par un Français ou un Québécois dans le cadre d’une procédure de reconnaissance de qualification professionnelle peut lui être signalée :
https://www.consulfrance-quebec.org/Nous-contacter

Les Français et l’immigration au Québec – Conférence-débat (17 mai 2016)

Vous êtes nombreux à vivre au Québec sous un statut d’immigration temporaire. Que vous soyez étudiant ou travailleur, vous vous posez certainement les mêmes questions quant à la procédure à suivre pour devenir un résident permanent. Pour répondre à vos interrogations, nous organiserons le 17 mai prochain dans la ville de Québec un 6 à 8 en collaboration avec le groupe d’avocats BB Immigration Inc .

Présentation :

Anne-Noëlle Fernandez, avocate en immigration, vous fera une présentation au cours de laquelle elle reviendra sur les spécificités en matière d’immigration tant au niveau du Québec que dans le cadre des exigences du fédéral. Française installée voici quelques année à Québec, elle vous livrera sa recette pour réussir votre projet d’immigration.

Inscriptions :

Les personnes intéressées par cet événement sont invitées à transmettre leur demande d’inscription à Mouloud Ouali (mouloud.ouali@diplomatie.gouv.fr), en indiquant leur nom et prénom, leur situation professionnelle, leur statut sur le territoire et leur date d’arrivée à Québec.

Important :

Le nombre de places disponibles étant limité, les inscriptions se feront sur la base du premier arrivé, premier servi. Les personnes retenues recevront une confirmation d’inscription, avec tous les détails liés à cette conférence.

publié le 05/05/2016

haut de la

Vous souhaitez étudier en formation professionnelle au Québec ? Ne manquez pas la prochaine conférence en ligne gratuite animée par Québec métiers d’avenir – Éducation internationale :
Étudiez en formation professionnelle : un monde de possibilités

Jeudi 7 avril 2016 à 15h (heure du Québec)
Inscrivez-vous sur : Étudiez en formation professionnelle : un monde de possibilités

Québec métiers d’avenir est un service d’accompagnement des élèves internationaux vers des formations mondialement reconnues, en français ou en…
La liste des professions admissibles au traitement simplifié est établie par Emploi-Québec en collaboration avec le Ministère selon la Classification nationale des professions 2006. Toutes les professions qui y figurent sont considérées comme des postes à haut salaire.
<Évaluation comparative des études effectuées hors du Québec

Tableau comparatif établi par le gouvernement du Québec

Quels sont les secteurs qui recrutent ? Quels éléments mettre en avant dans un CV ? Comment réussir un entretien professionnel ? Autant de questions importantes que se posent nos compatriotes qui s’installent à Québec. Pour tenter d’y répondre, le Consulat organise le 8 mars un 6 à 8 en collaboration avec le Groupe Perspective, spécialisé dans le recrutement.

Présentation :

Stéphanie Lagand, directrice marketing rh et recrutement international au sein du Groupe Perspective, sera présente afin d’échanger quelques trucs et astuces avec vous au cours de laquelle elle reviendra sur les spécificités du marché de l’emploi à Québec. Française installée voici quelques années à Québec, elle vous donnera sa recette pour rassembler les ingrédients gagnants dans le cadre de votre recherche d’emploi.

Inscriptions :

Les personnes intéressées par cet événement sont invitées à transmettre leur demande d’inscription à Mouloud Ouali (mouloud.ouali@diplomatie.gouv.fr), en indiquant leur nom et prénom, leur situation professionnelle, leur date d’arrivée à Québec ainsi que leur statut (Résidence Permanente, Permis de travail temporaire, PVT..).

Important :

Le nombre de places disponibles étant limité, les inscriptions se feront sur la base du premier arrivé, premier servi. Les personnes retenues recevront une confirmation d’inscription, avec tous les détails liés à cette conférence.

publié le 22/02/2016

 

Dernière minute: Citoyenneté Immigration Canada vient d’annoncer les nouveautés pour le programme Expérience Internationale Canada 2016 (PVT, Jeune Professionnel, Stage). A partir de ce mardi 1er décembre, vous avez la possibilité de « présenter votre profil » en ligne pour faire partie du bassin EIC 2016.

Pas de précipitation, cela ne signifie pas que les quotas sont ouverts. Une fois les quotas ouverts (ils seront annoncés 5 jours à l’avance), les participants éligibles à EIC recevront une invitation à présenter leur demande de permis de travail.

Consultez dès à présent le site de Citoyenneté Immigration Canada pour découvrir le nouveau système de demande de participation à EIC 2016. Plus d’informations demain sur le site de l’OFQJ.

https://www.cic.gc.ca/francais/travailler/eic/index.asp

Afficher la suite

Aide à la scolarité :17 h
Des bourses scolaires peuvent être attribuées, sous conditions de ressources, aux enfants français résidant avec leurs parents à l’étranger et suivant leur scolarité dans un établissement d’enseignement français à l’étranger.
Si vous êtes arrivés cet été dans une nouvelle circonscription consulaire, il vous reste quelques jours pour déposer un dossier auprès du consulat

:

L’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ)*, en collaboration les Pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PEPITE), offre l’opportunité aux professionnels du réseau de participer à une mission de formation au Québec.

Pendant une semaine, l’objectif de la mission est de découvrir les outils et les bonnes pratiques mis en œuvre au Québec tant au niveau gouvernemental que local pour aider les jeunes à la création d’entreprises, notamment auprès du public étudiant. Dans un contexte nord-américain, l’OFQJ axera alors la mission sur une approche terrain afin de privilégier l’apprentissage des techniques québécoises dans le domaine (universités, réseau d’accompagnement à la création d’entreprises, etc). Afin de répondre aux attentes de la délégation, chaque personne confirmant sa participation pourra soumettre un souhait de rencontre. Toutefois, après examen, seules une partie des propositions sera retenue au regard de contraintes d’agenda et d’adéquation avec la mission.

Mission professionnelle « Clé en main » :

Conditions de participation pour les – 35 ans : Pour les candidats ayant 35 ans ou moins, une participation aux frais de mission de 900 euros est demandée à chaque participant et donne accès aux prestations suivantes :

    <
  • Les frais de visa si nécessaire (hors participant de nationalité française) *
  • Les frais de dépenses personnelles

* Les démarches et frais administratifs liés à l’obtention du visa d’entrée sur le territoire canadien si nécessaire demeure à la charge du participant  (https://www.canadainternational.gc.ca/france/visas/visit_dip_visite.aspx?lang=fra)

Confirmation de participation :

Pour faire partie de cette délégation, vous pouvez poser votre candidature en ligne en joignant un CV et une copie de votre passeport à jour, utiles à l’instruction de votre candidature.

Pour toute information complémentaire :

Corentin LAURENT, Chargé de mission, Maison de l’Entrepreneuriat COMUE Lille Nord de France Tél. + 33 (0)3 20 79 87 13 Astrid LAYE, Chargée de projets Export et coopération professionnelle, Office franco-québécois pour la jeunesse Tél. + 33 (0)1 49 33 28 83   * L’OFQJ est un organisme bi-gouvernemental français et québécois

Expérience internationale Canada – Voyager et travailler au Canada

Expérience internationale Canada (EIC) offre aux jeunes l’occasion de voyager et de travailler au Canada. EIC est offerte dans les pays avec lesquels le Canada a conclu un accord bilatéral sur la mobilité des jeunes. Selon votre pays d’origine, vous pouvez choisir parmi une, deux ou trois catégories d’expérience de voyage et de travail :

Vacances-travail

Jeunes professionnels

Stage coop international

Remarque : EIC est aussi offerte aux jeunes Canadiens qui souhaitent voyager et travailler à l’étranger.

France — Jeunes professionnels

La catégorie Jeunes professionnels (troisième ronde) sera offerte aux citoyens français le 21 avril 2015. L’heure sera annoncée la journée avant l’ouverture de la catégorie. À compter du 26 février 2015, à 10 h heure normale de l’Est (HNE) (20 h, heure de Paris), Volontariat international en entreprises (VIE) est offert aux citoyens français.

Description : La catégorie Jeunes professionnels est conçue pour les citoyens français, particulièrement ceux qui détiennent un diplôme d’études postsecondaires, qui souhaitent faire avancer leur carrière en acquérant de l’expérience professionnelle au Canada. Les participants doivent avoir une offre d’emploi signée ou un contrat d’emploi signé avant de postuler (jusqu’à 24 mois).

Deuxième ronde

Quota : 550 Date d’ouverture : le 10 mars 2015, à 10 h (HAE) (15 h, heure de Paris) Date de fermeture : le 8 avril 2015, à 18 h 019(HAE) (0 h 19, heure de Paris)

Volontariat international en entreprises (VIE)

Quota : 500 Places disponibles : 354Note de bas de page* Date d’ouverture : le 26 février 2015, à 10 h (HNE) (20 h, heure de Paris)

Déterminez votre admissibilité

Remarque : À titre de citoyen français, vous ne pouvez participer à la catégorie Jeunes professionnels qu’une seule fois. Si vous répondez aux critères d’admissibilité, vous pouvez participer à EIC plus d’une fois par l’entremise de la catégorie de stages coopératifs à l’international. Si vous n’avez participé à EIC qu’une seule fois avant 2015, vous êtes admissible à y participer une seconde fois pour une période pouvant aller jusqu’à 24 mois dans la catégorie de votre choix. Les personnes qui auront participé à EIC plus d’une fois avant 2015 ne sont pas admissibles. Les citoyens français qui participent au programme Volontariat international en entreprises (VIE) au Canada doivent obtenir leur permis de travail par l’entremise du programme EIC et présenter leur demande au titre de la catégorie Jeunes professionnels.
À compter de 2015, pour être considéré comme un facteur ayant contribué à votre « développement professionnel », l’emploi qui vous est proposé au Canada devra être classifié dans l’une des professions de la Classification nationale des professions (CNP) appartenant aux niveaux de compétence 0, A ou B. Cela ne s’applique pas aux candidats du programme VIE.

Pour être admissible à la catégorie Jeunes professionnels, vous devez :

  • être un citoyen français en provenance des territoires suivants : France, Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion, Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon;
  • posséder un passeport français valide pendant toute la durée de votre séjour au Canada. Votre permis de travail ne sera pas valide au-delà de la validité de votre passeport;
  • être âgé de 18 à 35 ans inclusivement au moment de présenter votre demande;
  • disposer de l’équivalent de 2 500 $ CAN pour couvrir vos dépenses;
  • être en mesure de souscrire à une assurance maladie pour la durée de votre séjour. Vous aurez peut-être à fournir une preuve de cette assurance à votre arrivée au Canada;
  • être recevable au Canada;
  • détenir, avant votre départ, un billet aller-retour ou suffisamment d’argent pour vous acheter un billet de retour pour la fin de votre séjour autorisé au Canada;
  • avoir une offre d’emploi signée ou un contrat d’emploi signé au Canada. L’offre d’emploi doit être dans votre domaine d’expertise (par votre expérience scolaire ou de travail) et participer à votre perfectionnement professionnel;
  • ne pas être accompagné de personnes à charge;
  • débourser les frais;
  • présenter la lettre d’acceptation au programme VIE que vous avez reçue du gouvernement français.

Présentez une demande

Voici la marche à suivre pour remplir une demande en vue de venir au Canada.

Vous pouvez aussi demander de participer à EIC par l’intermédiaire d’une organisation reconnue, qui sera en mesure de vous offrir un soutien et des conseils tout au long du processus. Reportez-vous à la politique sur les représentants tiers pour de plus amples renseignements. Consultez le Centre d’aide pour obtenir des réponses aux questions les plus fréquemment posées au sujet d’EIC et du processus de demande. Remarque : Vous devrez répondre à toutes les exigences fédérales ou provinciales canadiennes de réglementation ou d’agrément pour votre domaine de travail. Par exemple, si on vous offre un travail dans le domaine de la construction, de la santé, de la mécanique ou du génie, ou dans un autre domaine spécialisé, vous devriez déterminer si vous devrez répondre à des exigences de réglementation ou d’agrément imposées dans la province.

Vérifiez les délais de traitement

Vérifiez combien de temps il faudra à Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) pour traiter votre demande.

Après avoir présenté votre demande : prochaines étapes

Voyez ce que vous devriez faire après avoir présenté votre demande.

Préparez votre arrivée

Sachez à quoi vous attendre à votre arrivée au Canada.

fréquemment posées au sujet d’Expérience internationale Canada

Présenter une demande dans le cadre d’Expérience internationale Canada

Présenter une demande dans le cadre d’Expérience internationale Canada Obtenez de l’aide auprès d’un organisme ou d’un tiers représentant reconnu

Le Stage coop international fait partie du programme canadien Expérience internationale Canada, programme inclus dans le Programme de mobilité internationale. Il s’adresse aux étudiants désireux de suivre un stage avec comme objectif d’acquérir une expérience de travail au Canada dans le cadre de leurs études. Entre autres nationalités, il est proposé aux Français âgés de 18 à 35 ans. Sa durée dépend de l’offre de stage mais elle ne peut toutefois excéder 12 mois, et un candidat ne pourra participer qu’une seule fois au programme Stage coop international. Ce programme de mobilité est réciproque. Il est donc ouvert aux Canadiens qui souhaitent effectuer un stage en France.

Le Stage coop international requiert l’obtention d’un visa spécifique qui est en fait un permis de travail délivré par les autorités canadiennes, quelle que soit la durée du stage. Le fait que le stage soit rémunéré ou non n’a pas d’incidence. Ce permis de travail est soumis à des quotas annuels administrés par Citoyenneté et Immigration Canada : https://www.cic.gc.ca/francais/travailler/eic/index.asp?country=fr&cat=coop.

Depuis le 25 février 2015, les modalités de délivrance de ce permis de travail ont changé. Elles se déroulent toujours en deux étapes. - La première étape consiste à soumettre une demande de participation à Expérience Internationale Canada. Dans l’hypothèse de l’acceptation de cette demande, le candidat recevra une lettre d’acceptation conditionnelle lui permettant de passer à la seconde étape. - La seconde étape consiste à soumettre une demande de permis de travail. C’est l’étape de la soumission de la demande de permis de travail qui a été modifiée selon les modalités suivantes :

  • Le candidat à un Stage coop international doit désormais fournir plus d’informations qu’auparavant, dans un formulaire remanié ;
  • L’employeur doit désormais accomplir les formalités suivantes pour que le candidat puisse présenter une demande de permis de travail complète :
  • L’employeur doit remplir et fournir le formulaire intitulé « Offre d’emploi à un ressortissant étranger dispensé d’une étude d’impact sur le marché du travail » (IMM 5802)
  • L’employeur doit acquitter les « frais relatifs à la conformité de l’employeur » qui s’élèvent à 230 $ canadiens.

A noter toutefois que l’employeur ne devra entreprendre ces démarches qu’une fois la lettre d’acceptation conditionnelle pour le permis Stage coop international reçue. En effet, si cette demande devait être rejetée en première étape, il n’y aurait aucune utilité pour l’employeur de faire cette démarche. Il devra également accomplir ces démarches avant que le candidat à un Stage coop ne débute l’étape de la demande de permis de travail. Les autres conditions nécessaires à l’obtention du permis de travail pour les stagiaires coop demeurent inchangées (https://www.cic.gc.ca/francais/index.asp).

story_fbid=883929898325555&id=161099997275219&fref=nf »>Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) en France

Info EIC: L’ouverture de la deuxième ronde pour les demandes de permis Stage Coop International et Jeunes Professionnels aura lieu demain à 15h00 (heure de Paris)!

L’emploi au Québec : méfiez-vous des idées reçues

Vous avez d’autres questions sur l’emploi au Québec, télécharger gratuitement le guide Travailler au Québec ou consulter la page dédiée à l’emploi sur notre site Internet. À leur arrivée au Québec, de nombreux immigrants espèrent trouver un emploi à hauteur de leurs compétences et de leurs rêves. Cependant, le Québec n’est pas un eldorado, trouver un emploi n’est pas chose facile et il faut accepter de faire des concessions et parfois de changer de carrière professionnelle pour arriver à ses fins. Il est donc primordial de ne pas avoir trop d’idées préconçues à votre arrivée afin d’affronter la réalité du marché du travail québécois.

Je peux travailler au Québec sans parler ni le français ni l’anglais

Trouver un emploi au Québec en ne parlant ni le français ni l’anglais est une mission quasi impossible. Le Québec étant une province francophone, la maîtrise du français est nécessaire autant dans sa vie privée que professionnelle. De nombreux employeurs vous demanderont également d’avoir une excellente maîtrise de l’anglais, en fonction du type d’emploi pour lequel vous postulez. Commencer l’apprentissage du français avant votre arrivée est primordial. Vous pourrez ensuite poursuivre cet apprentissage à votre arrivée au Québec.

Mes diplômes seront reconnus

Avant de venir vous installer au Québec, veillez à vous renseigner sur l’équivalence et la reconnaissance de vos diplômes. En effet, le système d’éducation et les diplômes qui sanctionnent les études ne sont pas les mêmes au Québec qu’ailleurs. Lorsque vous postulez à un emploi, pensez à indiquer l’équivalence de votre diplôme avec le système québécois. Les titres de vos diplômes ainsi que les universités ou les écoles dans lesquelles vous les avez obtenus ne parleront pas à un recruteur québécois. De plus, l’emploi que vous exerciez dans votre pays d’origine n’a peut-être pas le même titre au Québec, ou peut faire partie d’un ordre professionnel. « En raison d’une faible connaissance du pays et surtout d’un réseau social limité, je pense que beaucoup d’immigrants rencontrent des difficultés d’insertion professionnelle à leur arrivée. Dans ma formation, 95 % des finissants étaient des immigrés. Pour moi, étudier au Québec permet d’avoir une meilleure visibilité sur le marché de l’emploi. Le choix d’une formation de courte durée comme une Attestation d’Etudes Collégiales, proche de sa formation initiale, peut être pertinent et permet de se réorienter et de correspondre aux besoins du marché local. » Serge Philibert

Je vais trouver un emploi avec les mêmes responsabilités que celles que j’avais avant de venir au Québec

À votre arrivée au Québec, vous devrez sans doute faire des concessions concernant l’emploi auquel vous souhaitez accéder. Si dans votre pays d’origine vous occupiez un poste à hautes responsabilités, ce type de poste est peut-être rare dans votre secteur d’activités. Soyez prêt à repartir de zéro ou à occuper un poste de niveau inférieur à celui que vous occupiez auparavant, et ce pendant quelques années, le temps de gravir la hiérarchie. Cela peut être très difficile à vivre pour des personnes ayant déjà une carrière professionnelle de dix ou quinze ans car elles pourront avoir l’impression de ne pas être embauchées à hauteur de leurs compétences (et à la même hauteur salariale donc), voire même de s’ennuyer dans un poste représentant moins de défis. « Les démarches pour trouver un emploi à la hauteur de mes attentes ont été longues. Au Mexique j’étais gestionnaire de projets et coordonnais une équipe de 30 personnes au sein du ministère de la Santé. Je me suis rapidement rendu compte que mon expérience professionnelle n’était pas reconnue au Québec et que je ne pourrai trouver tout de suite un emploi du même niveau que celui que j’exerçais au Mexique » Luis René

C’est très facile de décrocher un job bien payé dans mon domaine

Mieux vaut ne pas vous faire trop d’espoir en pensant décrocher le job de vos rêves avec le salaire correspondant dès le début. Il est possible que vous soyez contraint de débuter avec un emploi moins rémunérateur que ce que vous connaissiez dans votre pays d’origine. Certains devront recommencer avec un travail payé le salaire minimum (fixé à 10,35 $ CAN l’heure au 1er mai 2014). Néanmoins n’oubliez pas que cela vous permettra d’acquérir une première expérience professionnelle au Québec. Il s’agit de « l’expérience québécoise », requise par la plupart des employeurs. C’est ensuite à vous de faire vos preuves pour pouvoir évoluer et atteindre petit à petit le niveau que vous convoitez. De la même façon, le salaire évoluera avec votre poste. « Je conseille aux nouveaux arrivants d’être ouverts aux changements et prêts à faire des concessions pour obtenir une expérience professionnelle intéressante. Le bénévolat peut également être un bon moyen d’y parvenir. Cela ouvre des portes et permet de développer son réseau. Au début, à mon avis, il faut faire des concessions et accepter un emploi moins intéressant mais qui peut ouvrir de nombreuses opportunités par la suite (promotion à l’interne ou première expérience valable sur le marché du travail). » Asma

J’ai trouvé un emploi, je suis désormais tranquille

Même si vous avez trouvé un emploi sur du long terme, cela ne veut pas dire que tout est acquis. Il est donc important pour un nouvel arrivant d’adopter les bonnes attitudes dans son nouvel environnement de travail. Connaître la culture de votre entreprise est primordial pour bien s’intégrer et s’épanouir dans son nouvel environnement. Ainsi, au Québec, la coopération en équipe est une valeur importante dans le travail. Il est attendu de vous que vous collaboriez avec vos collègues : si certains obstacles sont rencontrés lors de la mise en place d’un projet, votre employeur appréciera que vous soyez force de proposition. De plus, les relations avec ses supérieurs hiérarchiques en surprendront plus d’un. Au Québec, les rapports avec son patron sont moins formels et officiels que dans d’autres pays. Les relations sont moins pyramidales et il est considéré comme normal de pouvoir parler à son supérieur directement. Cependant, cette accessibilité ne doit pas être confondue avec familiarité. La ponctualité est également de mise. Ainsi il est d’usage au Québec que les réunions commencent à l’heure. Il en va de même avec les échéances. Un employeur s’attendra à ce que vous remettiez votre travail pour le jour fixé. Évidemment, on attendra de vous que vous respectiez vos horaires de travail. Faire des heures supplémentaires ou rester tard au travail, lorsque rien ne le justifie, peut être mal interprété par vos collègues et signe que vous vous organisez mal dans l’accomplissement de vos missions.

Les permis Jeunes Professionnels et Stages coop International pour les Français ouvrent aujourd’hui !

Depuis aujourd’hui les permis Jeunes Professionnels et Stages coop International sont ouverts pour les Français. Les premiers ouvriront à 14h à Ottawa et 20h à Paris et les Stages à 10h à Ottawa et 16h à Paris.

Qui peut participer ?

Le permis Jeunes Professionnels est proposé aux jeunes français, suisses et espagnols âgés de 18 à 35 ans. Pour participer il faut entre autres :

  • posséder un passeport valide pendant toute la durée du séjour
  • disposer de 2500 $ CAN sur son compte bancaire
  • avoir une assurance maladie/hospitalisation/rapatriement valide pour la durée du séjour.
  • détenir une offre d’emploi signée dans son domaine d’expertise

Pour le permis Stages coop International il faut notamment :

  • être inscrit dans un établissement postsecondaire
  • avoir une offre d’emploi ou un contrat signé pour un placement ou un stage au Canada

Pour participer, rendez-vous sur le site Internet de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC).

Des changements pour le permis Jeunes Professionnels

Pour les personnes souhaitant bénéficier cette année du permis Jeunes Professionnels plusieurs changements sont à noter.

  • pour les Français ce permis est désormais valable deux ans,
  • votre emploi doit faire partie des catégories A, B ou 0 de la classification nationale des professionsau Canada,
  • l’employeur devra payer 230 $ CAN de frais,
  • les personnes souhaitant partir dans le cadre d’un VIE doivent demander un permis Jeunes Professionnels.
  • %2Fdefault%2Ffiles%2FEIC_OK_3_0.png&cfs=1&upscale=1″ alt= » » width= »158″ height= »158″>

Témoignage du parcours d’une française, venue suivre une formation professionnelle au Québec !

Témoignage du parcours d’une française, venue suivre une formation professionnelle au Québec !

Témoignage du parcours d’une française, venue suivre une formation professionnelle au Québec !

Léa Wiest-Hamon, 25 ans, d’origine française, est arrivée au Québec à la fin d’août 2014 et est actuellement en formation professionnelle en vente de voyages au Centre de formation professionnelle (CFP) Pierre-Dupuy à Longueuil, de la commission scolaire Marie-Victorin.

Pourquoi choisir la formation professionnelle?

« La formation professionnelle m’intéresse beaucoup parce que c’est directement lié au métier. » Selon Léa, après avoir passé une année à étudier dans cette formation professionnelle, elle aura toutes les chances de réussir à rentrer sur le marché du travail. « J’ai eu l’occasion de faire une journée d’observation dans une agence de voyage la semaine dernière et c’est là que je me suis rendue compte que tout ce qu’on apprend en classe est vraiment important. Ce fut une superbe expérience!» Face aux nombreuses opportunités d’emploi juste après sa formation et grâce au stage qu’elle va faire à la fin de l’année, Léa se sent prête à intégrer le marché de travail dans le domaine qui la passionne!

Un appui précieux d’Éducation Internationale

« Éducation Internationale m’a aidée du début à la fin, de A à Z!» Éducation Internationale a soutenu Léa dès son intérêt à s’inscrire en DEP- vente de voyages. Elle a donc été guidée et informée durant toutes les démarches d’inscription, de demande de permis d’études et de demande de permis de travail pour effectuer son stage. « Éducation internationale a été d’une précieuse aide pour assurer un bon accueil dès mon arrivée et pour finaliser mes papiers au CFP et chercher mes livres. Je n’aurais pas été capable de le faire toute seule. J’étais vraiment contente d’avoir trouvé Éducation Internationale. »

Une expérience unique

« J’aime beaucoup ce que les professeurs m’apportent! Je peux aller les voir n’importe quand, ils m’aideront toujours à réussir mes cours.» Léa a bien réussi à s’intégrer, c’est important pour elle d’avoir des amis sur qui compter. Elle est décidée à rester au Québec et travailler dans le tourisme, ce pour quoi elle a trouvé sa passion. À la question qu’est-ce que vous conseilleriez aux gens qui prennent connaissance de votre témoignage, Léa répond : « C’est vraiment enrichissant d’étudier dans une formation professionnelle au Québec. Venez au Québec! » Ce témoignage vous a interpellé, vous aimeriez avoir un tel cheminement…contactez-nous ! Éducation internationale offre son service Québec Métiers d’Avenir, conçu pour accompagner sans frais, les candidats internationaux qui désirent venir étudier en formation professionnelle au Québec. Cette année, 35 centres de formation dans 12 régions du Québec offrent aux candidats internationaux de 18-34 ans, plus de 50 formations différentes courtes (8-22 mois) telles que comptabilité, secrétariat, service de la restauration, carrosserie, mécaniques, aménagement de la forêt, soins infirmiers, techniques d’usinage (Tourneur, fraiseur, ajusteur), soudage-montage (Réalisations/technicien en chaudronnerie industrielle), etc. Pour en savoir plus, Québec métiers d’avenir sera en France en janvier 2015 pour différents salons : Au salon Métiérama à Marseille du 22 au 24 janvier À la Journée porte ouverte – Étudier au Canada à Paris le 2 février Au salon Aquitec à Bordeaux du 29 au 31 janvier D’ici là, vous pouvez contacter le département du recrutement international à recrutement@education-internationale.com Alors n’attendez plus, venez-vous renseigner!

Notre guide gratuit pour trouver un emploi au Québec

Pour vous accompagner dans votre recherche d’emploi et vous aider à bien préparer, pendant les différents salons de l’emploi, vos rencontres avec des recruteurs, n’oubliez pas de télécharger notre guide gratuit « Travailler au Québec ».

Vous envisagiez envoyer votre dossier d’immigration au Ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) ? Sachez que pour certains programmes, il n’est désormais plus possible de postuler dans cette catégorie d’immigration. En effet, depuis le 11 Août 2014, le nombre maximal de demandes dans la catégorie des Travailleurs Qualifiés du Québec (6500) et dans celle des Entrepreneurs et Travailleurs autonomes a été atteint (500) : https://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/informations/regles-procedures.html . Le 4 Août 2014, le nombre de demandes reçues par le MIDI dans la catégorie des Travailleurs Qualifiés du Québec était d’environ 5 100. En moins d’une semaine, le quota maximal pour l’année 2014 avait été atteint, à la grande surprise de beaucoup de candidats qui pensaient avoir encore suffisamment de temps pour soumettre leur dossier avant qu’il ne soit trop tard.

Que faire désormais ?

Pour les candidats résidant à l’étranger et désirant à tout prix immigrer au Québec de façon permanente, il n’y a à l’heure actuelle aucun autre programme leur permettant de tenter leur chance pour le Canada avant la fin de cette année. Il faudra désormais attendre Avril 2015 pour que les nouveaux critères d’éligibilité d’immigration Québec soient dévoilés aux futurs candidats. Deux options s’offrent maintenant aux intéressés : attendre l’année prochaine pour reconsidérer une éventuelle immigration au Québec ou explorer d’autres programmes d’immigration.

L’immigration Fédérale

De plus en plus de francophones décident d’immigrer dans la partie anglophone du Canada où ils sont certes minoritaires mais relativement bien intégrés grâce à des associations et/ou des communautés francophones soudées, accueillantes et fortement impliquées dans l’intégration des nouveaux arrivants ayant pour langue maternelle le français. Voici peut-être une dernière alternative pour celles et ceux qui tiennent à voir leur dossier d’immigration envoyé d’ici décembre 2014 : le programme des Travailleurs Qualifiés du Fédéral. Ce dernier offre l’opportunité d’immigrer dans toutes les autres provinces du pays à l’exception de la province du Québec. Bien entendu, des critères d’éligibilité s’appliquent également tels que l’âge, l’expérience professionnelle, la maîtrise du français et/ou de l’anglais, les moyens financier… Pour espérer vous qualifier, il faut tout d’abord vous assurer que votre métier fait partie de la liste des 50 professions admissibles du Fédéral (https://www.cic.gc.ca/francais/immigrer/qualifie/demandes-recues.asp ). Si tel est le cas, vérifiez ensuite si votre profil répond à tous les autres critères avant de soumettre votre candidature. Notez que dès le mois Janvier 2015, le programme des Travailleurs Qualifiés du Fédéral disparaitra pour laisser place à une nouvelle façon de sélectionner les immigrants permanents désirant s’établir au Canada. Ce programme –dont vous avez certainement déjà entendu parler- est connu sous le nom de « l’Entrée Express : https://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=841349&_ga=1.154795000.1373508062.1382735629 .   Une des principales préoccupations de l’immigrant reçu est de trouver rapidement un emploi. Avec son réseau développé parmi des ressortissants québécois et français, son implication dans les diverses associations, l’AFQ peut vous aider à rechercher ce premier emploi. Au sein de notre conseil d’administration ou parmi nos membres des nous avons des personnes-ressources qualifiées dans différents domaines d’activité et pouvant vous aider. Le nouvel arrivant dispose également de services officiels et gratuits et de qualité dont au premier rang l’OFFI réservé aux seuls immigrants français. Visitez le site https://www.ofiicanada.ca/ Vous pouvez également vous adresser au SOIIT, au Centre R.I.R.E. 2000 et à Québec-Emploi UN LIEN INTÉRESSANT À CONSULTER :  QUEBECENTETE.COM POUR DE NOUVEAUX OUTILS DESTINÉS AUX DÉTENTEURS D’UN PERMIS DE TRAVAIL TEMPORAIRE FAIRE LA DEMANDE PAR COURRIEL AU ; cfabricio@quebecinternational.ca