Éducation

Présentation

La musique et son enseignement  constituent une vraie école de rigueur, de dépassement de soi, de plaisirs et d’épanouissement personnel.  Le petit conservatoire de musique propose un enseignement musical exigent, riche avec un savoir-faire pédagogie éprouvée. Son projet pédagogique et son syllabus sont la garantie d’une offre de grande qualité.

Il est ouvert à tous les élèves du collège, mais aussi aux élèves de l’extérieur souhaitant bénéficier de cette offre.

La qualité de l’encadrement:
• Une direction du petit conservatoire de musique assurée par M. Rousseau Égelé
• Une coordonnatrice pédagogique
• Des enseignants tous titulaires d’un diplôme universitaire de premier cycle (baccalauréat) ou plus.

La qualité des locaux:
• 5 salles de pratique instrumentale dédiées
• 1 salle de cours de groupe dédiée et équipée
• L’auditorium pour les récitals, auditions et autres évènements culturels associés.

La qualité des enseignements:
• Un programme pédagogique riche sur 28 semaines d’enseignement
• Une pédagogie rigoureuse tout en étant ludique et interactive
• Un suivi pédagogique avec un livret remis régulièrement aux parents
• Des récitals afin de présenter le travail fait dans l’année
• La possibilité de passer des certifications officielles et reconnues (École préparatoire de l’Université Laval).

Une offre riche:
• Des cours de pratique instrumentale (leçons individuelles)
• L’enseignement de la théorie musicale, de formation auditive et de développement de « l’oreille musicale »
• Des cours d’ensemble pour partager un projet musical commun
• Une chorale avec un chef de chœur et un pianiste
• Des cours d’éveil musical pour les plus jeunes.

La direction du petit conservatoire de musique

ENA – L’École Nationale d’Administration – ENA, forme les hauts fonctionnaires de la fonction publique française et étrangère et les prépare aux responsabilités qui les attendent aux niveaux national, européen et international.

Recrutement pour les cycles internationaux 2016-2017 de l’ENA : limite 15 décembre 2015

 

Collège Stanislas Quebec a ajouté 2 nouvelles photos.

2 h · Modifié ·

Déchets vers plantations

En marge de la ‪#‎COP21‬ conférence climat qui se tiendra à Paris à la fin du 30 novembre au 11 décembre, un projet d’envergure va être lancé par la classe des CM2 de Mme Wach du collège ‪#‎StanQuebec‬ dans le but de sensibiliser toute la communauté éducative à la bonne gestion de nos déchets.
Ce projet s’articule en 3 temps :

– Les élèves de CM2 ont collecté l’ensemble des déchets dans les corbeilles de recyclage du collège pendant une semaine. Ces déchets ont été exposés dans la salle polyvalente afin de sensibiliser chacun au volume de déchets que nous rejetons chaque jour. À la suite de cette collecte, un sondage va être réalisé à l’intention des élèves des cycles 3 et 4. C’est ce sondage qui servira à mener des actions plus larges à l’intention de toute la communauté éducative. Un comité délégués des élèves du primaire et du secondaire travaillera toute l’année afin d’envisager des actions ciblées (exemple « un dîner sans déchets », « une collation sans déchets » ateliers en cycle 1, réalisation d’affiches).
– La réalisation d’un bac de compostage va être menée afin d’utiliser au mieux nos déchets alimentaires de la cafétéria, ce qui permettra par la même occasion de mieux trier nos déchets.
– La réalisation d’un potager et l’embellissement du collège par la plantation d’arbres et plantes aux abords de l’établissement.

Un beau projet qui réunira toute la communauté éducative autour de ce formidable enjeu : utiliser au mieux nos déchets afin de préserver notre planète.

AVIS DE RECHERCHE – Vous avez été nombreux/ses à répondre à notre avis de recherche pour retrouver les participant/es québécois/es au ‪#‎CAPFQ‬ afin de célébrer les 20 ans du programme de stages en France.

Cependant, certaines cohortes manquent à l’appel et sont invitées à entrer en contact avec nous : 1996 ; 1998 ; 1999 ; 2000 ; 2001 ; 2003 ; 2004 ; 2008 ; 2010 et 2013.

Si vous vous reconnaissez ou êtes en mesure de nous fournir la liste et/ou les contacts de vos co-stagiaires, nous serions très heureux de pouvoir les intégrer.

Un grand merci !

 

 
   

Des étudiants français tournent le dos au Québec en raison de la hausse des droits de scolarité

Mise à jour le lundi 31 août 2015 à 7 h 20 HAE

La nouvelle entente qui touche pour la première fois, cet automne, ceux qui commencent un programme universitaire de premier cycle, fait déjà sentir ses effets. Obligés de payer trois fois plus cher leurs études au Québec, de jeunes Français abandonnent leur projet d’immigration. D’autres, déjà installés ici, se résignent à retourner en France.

Un reportage de Thomas GerbetTwitterCourriel

« J’étais vraiment super triste… » Félicie Collet, 17 ans, a mis un mois à s’en remettre. Elle ne réalisera pas son rêve d’étudier au Québec. En février, elle était déjà admise à l’Université de Montréal pour la rentrée d’automne quand elle a appris que les étudiants français ne pourront plus bénéficier des mêmes droits de scolarité que les Québécois. « J’avais déjà commandé mon passeport, je m’apprêtais à faire mon visa », raconte-t-elle.

« Je ne pouvais pas m’endetter autant et ma famille n’a pas des revenus rocambolesques. » La résidente de la région d’Orléans, dans le centre de la France, estime qu’elle aurait dû payer 8000 $ par année pendant trois ans, sans compter les coûts de son installation.

STAN EN FÊTE 2015

Voici la vidéo!!!

https://youtu.be/-GeoqPgDl6M

 

 

ETUDIANTS/FRAIS DE SCOLARITE – Entente en matière de mobilité étudiante au niveau universitaire : Le Québec et la France annoncent la conclusion d’un accord de principe :
https://www.consulfrance-quebec.org/Entente-en-matiere-de-mo…

 
Québec, le 12 février 2015 – M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du…
WWW.CONSULFRANCE-QUEBEC.ORG

(QUÉBEC) Un vieux contentieux a vécu. Le gouvernement Couillard et la France vont convenir d’une augmentation des droits de scolarité pour les étudiants français inscrits au Québec. Ceux-ci devraient à l’avenir payer les mêmes droits que les étudiants du reste du Canada.

En gros, les étudiants français – ils sont aujourd’hui 8000 – devront à l’avenir payer 6200$ par année en droits de scolarité, au lieu des droits actuels de 2200$, soit la somme que doivent débourser les étudiants québécois. C’est là le coeur de «l’entente de principe» survenue cette semaine entre Québec et Paris, dans le cadre d’une négociation qui doit se conclure avant le 31 décembre, en raison de la date d’inscription aux universités québécoises.

Bien sûr, on prévoit une clause pour protéger ceux qui sont déjà établis au Québec. Ceux-ci continueront de profiter des droits de scolarité réduits qui les avaient attirés au Québec, soit la somme que paient les étudiants québécois. En outre, Québec ne touchera pas à l’avantage dont jouissent les étudiants de l’Hexagone venus faire des études de deuxième ou de troisième cycle – un peu plus de 2100 étudiants.

Les autres étudiants de l’étranger qui étudient au Québec déboursent 12 000$ par année en droits de scolarité. En réclamant aux ressortissants français les mêmes droits qu’aux Canadiens des autres provinces, Québec leur assurerait un traitement particulier comme il s’y était engagé, lors du passage du président François Hollande à Québec, cet automne. De plus, le gouvernement Couillard reprend un des engagements du PLQ durant la dernière campagne électorale.

Reste à déterminer si Québec imposera des quotas d’étudiants à des tarifs privilégiés dans certaines disciplines. Le gouvernement Couillard cherche à élargir l’accès des étudiants québécois au réseau des grandes écoles en France, passablement restrictif pour les étrangers.

Depuis 1978, les étudiants français au Québec bénéficiaient d’un traitement de faveur pour leurs droits de scolarité. Récemment, le comité présidé par Lucienne Robillard avait préconisé une révision approfondie de cette politique qui, globalement, coûte 250 millions par année à l’État.

Avec 8000 étudiants français aujourd’hui, le nombre des ressortissants étrangers a connu une hausse importante – quelque 90% depuis 2006. De son côté, le Québec envoie 1000 étudiants en France, où les études universitaires sont gratuites.

L’examen de la cohorte des étudiants français actuellement au Québec a permis des constats surprenants. On a observé que plusieurs centaines d’étudiants de France s’inscrivent à McGill, le tiers – le tiers, en fait. Or cette cohorte quitte le Québec sitôt les études terminées pour passer aux États-Unis ou en Ontario. Le passage au Québec leur aura permis de parfaire leur anglais, constate-t-on avec dépit dans les officines gouvernementales. Plus encore, près de 900 étudiants français étudiants à McGill ont déjà une adresse aux États-Unis.

Plus tôt cet automne, le premier ministre Philippe Couillard avait promis de conserver un «traitement spécifique» pour les étudiants français qui étudient au Québec lors du passage du président français François Hollande à l’Assemblée nationale. Cette spécificité était un «gage de l’amitié» entre la France et le Québec, avait renchéri François Hollande.

M. Couillard avait émis une réserve, toutefois. Il fallait respecter le contexte budgétaire du Québec. «Nous avons des objectifs budgétaires auxquels nous tenons et que le président a compris», avait-il soutenu.